I waited a long time for nothing to come

Il y a toujours un moment où le quotidien ça te gonfle, tu es agacée par des petits détails, le moindre truc te fait bondir. Tu attends l’erreur juste pour pouvoir passer tes nerfs, tu connais ses moindres gestes, manies et habitudes et c’est justement cette prédictibilité qui te pèse. Tu te dis que non, ce n’est pas ce que tu avais imaginé, ce n’est pas ce que tu veux.

Mais au fond, la vérité c’est que c’est ce quotidien qui te maintient en vie. Quand arrive la fin, ce sont précisément ses petits détails qui vont te manquer, qui vont te blesser. Et toutes ces choses dont tu ne fais plus partie, dont tu n’es plus au courant. C’est le plus trivial qui blesse le plus; une nouvelle paire de chaussures, une nouvelle coupe de cheveux, avant on te demandait ton avis, où aller, quand, comment, etc . Maintenant c’est juste le silence et le vide, puis la découverte et cette peine voilée qui te rappelle que de deux, tu es passé à un. Seul.

On se ment, on se cache derrière des concepts, des idées qu’il faut avoir. Mon quotidien je sais l’apprécier, pas toujours, mais souvent. La complicité qui l’accompagne me fait sourire quand je pense à tous ces petits défauts qui m’énervent. Rien n’est facile,il faut se battre pour tellement de choses. Bien sûr, souvent je me demande si cela en vaut la peine, bien sûr je doute.

Mais toujours je reviens.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s