Passé Passé, où es tu passé?

J’ai rêvé de toi cette nuit. Tu étais tout toi,  tes yeux brillaient, ton sourire m’a fait chavirer. Je me souviens m’être réveillée en pensant que jamais on ne m’avait fait une plus belle déclaration d’amour. Le flou du rêve enveloppe ce moment si réel.

Aucun mot ne peut décrire ce que j’ai ressenti à ce moment, lorsque tu m’a dit que si j’acceptais de rester, tu serais toujours le même que dans ce rêve, que tu changerais pour moi. Bien sûr, en y réfléchissant, it is not necessarily a good start for a relationship. Bien sûr je me suis réveillée avant de pouvoir prendre une décision. Bien sûr, on ne saura jamais.

Je ne t’ai jamais vraiment oublié. Je pense à notre dernière rencontre où nous aurions pu chavirer tous les deux. La fois précédente était si peu à la hauteur de mes espérances que j’ai fui, je me souviens encore des mensonges, de ma fuite précipitée et puis j’ai disparu.

Nous sommes trop différents, rien ne peut nous rapprocher sauf le monde des rêves où tu serais un autre et où nous pourrions envisager un futur commun. Ta philosophie de vie est admirable sous bien des angles, mais certains aspects me feraient fuir à nouveau.

“It’s a shame you don’t know what you’re running from […] You know, this is your biggest mistake”

Dans une autre vie, une autre moi souhaiterait être avec toi, souhaiterait partager ta cause et se battre à tes côtés. Une autre moi aimerait t’entendre lui dire les mots de  la nuit dernière, une autre moi voudrait changer le passé, revenir en arrière et éviter les malentendus qui nous ont éloigné l’un de l’autre.

Tu me manques, je ne m’en rends compte que maintenant. Nos rencontres, si brèves qu’elles aient été, m’ont marquée. Je me demande comment faire pour se rapprocher des gens qu’on aime, qu’on aimerait avoir à ses côtés mais qu’on a déjà perdu parce qu’on les a blessés. Blessés de la pire des manières, humiliés sans donner plus d’explications.

La vie ne nous apprend pas à gérer ces malaises, ces manques. Personne ne nous soutient dans notre quête du passé et je crains que cela ne s’arrange pas avec les années. Laisser toujours plus de moments, de personnes derrière soi. Comment s’y habituer? Comment s’y préparer? Accepter?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s