Lectures

Il me semble que si je pouvais rencontrer quelqu’un qui aime Proust autant que moi, tout irait mieux.

La vérité c’est que je pense à toi, oui oui, toi. Toi qui me lit, peut-être. Toi qui me suit, peut-être.

Dans l’ivresse, le tourbillon qui m’emporte, l’alcool, la musique et les basses qui font trembler mon cœur.

Je me souviens de ce film que j’ai vu étant enfant. Un homme prétend que si tu arrives à caler ton cœur sur le rythme des basses, lorsque la musique s’arrête, ton cœur cesse de battre également. Et putain oui, à la fin il en meurt…

Alors oui devant le panneau exit qui clignote devant mes yeux, c est à toi que je pense. Et j’en meurs.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s